Posté ici par jean-pierre le 20/10/2009 à 22:25
jalousie

je suis entierement dacords avec mme jutras vous avez renforcie cette jalousie a la fin de votre emission du 13 oct avec encore des remarques desobligeante evers M guy laliberte meme si vous comble des vides en travaillant a rabais il nest pas necessaire den vouloir a ceux qui reusisse et qui contrairement a vous passerons a lhistoire attention a la loi du retour m martineau meme si vous ny croye pas elle nous revient en plein visage un jours ou l autre,,,mon opinion sur vous m martineau est que vous n etes en fait qu'un comment dirais je jessaie de trouver la bonne definition ou le bon terme pas facile,,, ha oui en voila un qui vous vas a ravir "un phone baloone!!!"

 

desolez pour les fautes je suis autodidacte et javais pas le gout dactive le corecteur dortographe

cordialement et continuez vous nous amusez!

 

jean-pierre

Posté ici par Martine Jutras le 04/06/2009 à 19:20
jalousie

J'ai l'impression qu'au Québec, quand quelqu'un utilise un chemin différent des autres et qu'il réussit. C'est difficile à prendre. Ne seriez-vous pas un peu jaloux en ce qui concerne M. Guy Laliberté M. Martineau ?

Posté ici par Napostriouf Sar le 03/03/2009 à 08:27
Kampuchéa

L'autre nom porté par le Front de la Révolution du Kampuchéa après la prise de pouvoir fut: Parti du Kampuchéa démocratique

Posté ici par Napostriouf Sar le 03/03/2009 à 07:29
Rectification

Rectification à Kim Jong-Ilien (P.S.: Jong-Il est un prénom, le ien doit donc aller sur le Kim)

 

Khmer rouge était le terme que les ennemies du Kampuchéa utilisait. Pour l'organisation "Front pour la Révolution du Kampuchéa" aka FRK (appelé Khmer Rouge par ses détracteurs) le terme Khmer était associé de trop près à la terminaison Cambodge; le fruit du colonialisme capitaliste sauvage qu'il leur avait été attribué.

 

Anecdote: Pour combattre la discrimination sexiste, au Kampuchéa, Saloth Sar fit adopter une loi qui inversait les prénoms et nom de famille. Ainsi, un parent de la famille de Saloth, devenait donc la famille Sar.

Posté ici par Maika le 19/02/2009 à 04:04
Free Palestine!!!!

En effet, je suis également tout à fait d'accord avec ton point de vue. Malheureusement, les palestiniens qui se battent pour leurs droits sont vus comme des terroristes et non comme des résistants....!!!!!

 

C'est bien dommage...et malheureusement l'être humain présente une forte propension à réitérer les mêmes erreurs....l'histoire le montre.....

 

 

Posté ici par Kim Jong ilien le 25/01/2009 à 22:22
Terrorisme pour les nuls
Terrorisme pour les nuls:Dans un monde orwellien où les puissants prétendent agir au nom de la “démocratie” et des “droits de l’homme”, où la mise en condition de la population est permanente, et où l’on peut faire croire n’importe quoi à n’importe qui, dès lors qu’on dispose des médias, l’histoire remet rarement les choses en place. Pour un Nelson Mandela réhabilité de toute accusation de terrorisme, combien d’autres conservent cette estampille infamante, à commencer par Yasser Arafat.Les gouvernements et leurs appareils ne se contentent pas de combattre la dissidence verbalement. Ils interviennent depuis longtemps sur le terrain, chez eux et à l’étranger : mise en place ou infiltration de groupes terroristes, préparation et organisation d’attentats, provocation, désinformation… Un des exemples les plus évidents et les plus “réussis” de manipulation est sans doute celui des Brigades rouges italiennes dans les années 1970-1980. Les services secrets italiens, épaulés par les Américains, réussirent alors à placer un de leurs hommes à la tête de l’organisation clandestine et purent ainsi télécommander diverses actions, dont l’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro, un homme politique de droite jugé “trop mou”. Depuis, la tactique italienne a souvent été copiée un peu partout dans le monde. (Lire ici Types of Terrorism and 9/11 par George Pumphrey.)  Lire “Nos belles années de plomb” de Gabriele Adinolfi.Aux Pays-Bas, en 1970, le service de renseignement BVD alla même jusqu’à créer de toutes pièces un parti “marxiste-léniniste maoïste” (le MLPN) afin d’infiltrer les milieux “pro-chinois” que l’on croyait violents et manipulés par Pékin (en fait Mao se fichait éperdument des gauchistes hollandais). L’épisode du MLPN a été rendu public trente ans plus tard par un des responsables, mais parallèlement des douzaines d’autres cas similaires en Europe occidentale sont plus ou moins restés dans l’ombre. Le dessous des cartes est rarement dévoilé au grand public. Avec l’aide de la presse, les responsables veillent à ce que rien ne transparaisse. Le journaliste digne de ce nom, celui pour qui l’investigation sérieuse et la mise en cause des idées toutes faites sont des objectifs permanents, est une espèce en voie de disparition.Dans ces conditions, les services secrets peuvent se permettre d’exagérer à dessein l’importance d’organisations occultes existantes, organisations qu’ils ont parfois eux-mêmes contribué à créer (Al-Quaïda, par exemple); ou de “ressusciter” des groupes disparus depuis longtemps (Brigades rouges italiennes ou Sentier lumineux péruvien); ou encore de créer de toutes pièces une “nouvelle génération” terroriste (RAF allemande). Américains et Israéliens sont sans doute les plus actifs et les plus imaginatifs en matière de manipulation, même si leurs trouvailles sont souvent cousues de fil blanc.A titre d’exemple, lire ici deux articles de Joe Vialls sur les attentats de Bali (octobre 2002) et du Kenya (novembre 2002). La procédure employée un an plus tard à Istanbul n’est pas très différente (traduction d’un article paru dans le journal turc Yeni Safak à propos du rôle joué par les services secrets américains, britanniques et israéliens dans la manipulation des groupuscules terroristes islamistes et dans les attentats “antisémites” perpétrés dans cette ville). Depuis le 11 septembre, cette forme de manipulation tend à devenir systématique.Fin 2002, on apprend aussi que le Shinbet (police secrète israélienne) recrute des Palestiniens afin de former une “cellule locale d’Al-Qaïda”*. Rien de bien nouveau dans cette démarche, quand on sait que les services de l’Etat juif ont toujours manipulé les islamistes. Vingt ans plus tôt, Menahem Begin (tueur de l’Irgoun devenu premier ministre du Likoud) soutenait et encourageait la création du Hamas palestinien, dans le seul but d’affaiblir Arafat et les forces de gauche de l’OLP. A Tel Aviv comme à Washington, les gouvernants adorent jouer avec le feu, quitte à pousser des cris lorsque leurs créatures s’émancipent. ce régime (Khmers rouges) terroriste put se maintenir au pouvoir pendant plus de quatre ans grâce au soutien conjugué de la Chine et des Etats-Unis.
http://ca.altermedia.info/international/faq-terrorisme-pour-les-nuls_2129.html
Posté ici par eydesj le 07/01/2009 à 15:09
!

Intéressant ton blog! Ton article sur le conlit entre Israel et la Palestine fait changement comparé aux autres que j'ai lu ...

 

Good job!